Collection En lien

Écriture et littérature: Varia

Étage 4
Image © Toniauth Ambrosetti

Image © Toniauth Ambrosetti

Intitulé Varia pour sa diversité et ses varia-tions sur l’écriture et la littérature, ce 4e étage propose des collections qui s’affirment à la fois comme le prolongement naturel des étages inférieurs – l’écriture et la littérature restant les point nodaux de l’ensemble – mais aussi comme son décentrage. Divisé en six collections, cet espace illustre l’objectif de la Fondation Jan Michalski qui est d’encourager et de manifester la création littéraire sous toutes ses formes.

Littérature expérimentale

A.I

Si les étages inférieurs donnent à voir des livres que nous pourrions qualifier de « traditionnels » quant à leurs formes ou la mise en forme de leurs textes, la collection ouvrant le 4e étage de la bibliothèque s’attache à offrir une approche différente et « déconstruite » du livre et de la littérature. Ainsi le lecteur y trouvera-t-il des œuvres où l’écriture est moins utilisée à des fins narratives que plastiques comme dans la poésie concrète, visuelle, cinétique, spatiale ou dans les holopoèmes. Figurent également dans cette collection des ouvrages traitant de la représentation du livre ainsi que des romans et poésies où la forme se disloque, donnant une autre dimension à l’écriture, comme dans les Cantos d’Ezra Pound. Enfin, une sélection de livres d’artistes expérimentant sur l’objet livre et sur les œuvres littéraires elles-mêmes, dans un travail souvent physique, questionne et ouvre sur d’autres expériences de lecture.

Niikuni Seiichi, River or sand-bank, 1966

Niikuni Seiichi, River or sand-bank, 1966

Eugen Gomringer, Silencio, 1953

Eugen Gomringer, Silencio, 1953

Typographie

A.II

« Celui qui excellera dans la science de l’écriture brillera comme le soleil », disait le scribe égyptien. La typographie a naturellement sa place dans les collections de la Fondation Jan Michalski. Se trouvent en rayon des beaux livres sur l’histoire de la typographie, des monographies de créateurs de polices tel Adrian Frutiger, ainsi que les publications en série d’ateliers typographiques comme L’Ours Blanc à Genève ou Koshkonong de l’éditeur marseillais Eric Pesty. Des essais permettront au lecteur d’approfondir ses connaissances sur cet art de créer et d’utiliser les caractères d’imprimerie, approche didactique qui n’exclut pas les expérimentations d’artistes ou d’éditeurs. La collection Typographie offre ainsi « quelques fontes offertes à votre regard », à l’instar des œuvres Tabernacle de Ron King ou Helvetica de Victoria Bean exposées dans les rayonnages.

Eric Pesty, Koshkonong

Eric Pesty, Koshkonong

Georg Büchner, Lenz, 1835

Georg Büchner, Lenz, 1835

Calligraphie

A.III

Cette collection s’inscrit dans un cadre plus large que son intitulé pourrait le suggérer. Aux monographies consacrées à des artistes calligraphes et aux grands textes de la littérature mondiale qu’ils illustrent de leurs œuvres, se joignent des ouvrages plus généraux sur l’histoire de la calligraphie dans les diverses cultures, sur l’art plus confidentiel du graffiti, sur celui du lettrage dans les arts plastiques, ainsi que des fac-similés de manuscrits (comme ceux de Franz Kafka, Witold Gombrowicz, Marcel Proust, Arthur Rimbaud) qui participent selon nous de cet art de la belle écriture. Des artistes ayant été influencés par une autre écriture que la leur – à l’image de Fabienne Verdier avec la calligraphie chinoise – donnent également à voir des approches novatrices de cet art traditionnel, jamais figé.

Hassan Massoudy, Le cœur perçoit ce que ne perçoit pas la vue, 2011

Hassan Massoudy, Le cœur perçoit ce que ne perçoit pas la vue, 2011

Sengai, Meditating Frog, Edo period (1603 – 1867)

Sengai, Meditating Frog, Edo period (1603 – 1867)

Littérature et arts graphiques

A.IV

Depuis toujours, la littérature et les arts graphiques se sont mutuellement inspirés, nourris, et se sont souvent volontairement associés. Ce lieu de convergence est le leitmotiv de cette collection qui mélange écrits d’artistes au caractère littéraire évident (le Journal de Paul Klee par exemple), textes de grands écrivains sur l’art (le Matisse d’Aragon, parmi tant d’autres), textes littéraires illustrés de peintures et dessins, monographies sur l’œuvre graphique d’écrivains comme Henri Michaux. La collection met aussi en avant, dans la ligne des expositions organisées par la Fondation Jan Michalski, des artistes faisant des incursions dans le domaine de l’écriture et de la littérature comme Antonio Saura ou Georg Baselitz.

Antonio Saura, Don Quichotte, 2011

Antonio Saura, Don Quichotte, 2011

Henri Michaux, Sans titre, 1960

Henri Michaux, Sans titre, 1960

Littérature et photographie

A.V

Cette collection singulière a été constituée de manière à offrir diverses variations autour de ce couple foisonnant que forment la littérature et la photographie :

  • la photographie pratiquée par des écrivains (Hervé Guibert, Jean-Loup Trassard…)

  • la photographie comme déclencheur de récit (Aleksandar Hemon, Daniel Mendelsohn…)

  • la littérature comme déclencheur de photographie : photographies sur un écrivain ou sur des lieux les suggérant (William Eggleston avec Faulkner, Anne-Lise Broyer sur Pierre Michon…)

  • la photographie illustrant et nourrissant les écrits littéraires (W.G. Sebald, Bertolt Brecht…)

  • le roman-photo : un écrivain et un photographe s’associent pour créer un récit commun

  • les essais ou réflexions d’écrivains sur la photographie (Roland Barthes, Jean-Christophe Bailly…)

Littérature, image & son

A.VI

Si une figure tutélaire devait illustrer cette collection, ce serait probablement celle du musicien américain John Cage qui a su s’appuyer sur d’autres champs de création comme la littérature ou l’écriture musicale pour créer une œuvre singulière. Ce type d’entrelacements, nous le retrouvons aussi chez le pianiste anglais Alfred Brendel, auteur remarquable de poésie. Le lecteur trouvera dans cette collection hétérogène des livres accompagnés de CD ou DVD, des expérimentations sur la langue (Valère Novarina, Olivier Cadiot, Charles Pennequin…), des lectures hallucinées (Ghérasim Luca, Christian Prigent…), des documentaires sur les écrivains (Antonin Artaud, James Ellroy, Franz Kafka), leurs entretiens enregistrés ainsi que leur apport au monde du cinéma (Jean Cocteau, Alain Robbe-Grillet, Guy Debord, Marguerite Duras). Ces films peuvent être visionnés sur demande à la bibliothèque. Pour les CD, une borne d’écoute est mise à la disposition du public au quatrième étage de la bibliothèque.